Marcelle Capy : Une Voix de Femme dans la Mêlée

Parution : 18 juin 2015

 Introduction de l'édition de 1936 :
" Ce livre a vingt ans. Il parut en avril 1916. La moitié de ses pages étaient blanches. On y lisait, à la place du texte interdit, ces quatre mots :
" Coupé par la censure ". C’était la guerre ; et la guerre tue la liberté de penser, d’écrire, de juger, et même de pleurer, afin de pouvoir tuer les hommes [...] Quand le sang coule, la sagesse est proscrite, la compassion interdite et la justice reniée. [...] Marcelle Capy

 

Marcelle Capy, fille de militaire, a 23 ans lorsqu'éclate la guerre en 1914. Journaliste, elle ne sacrifie pas ses convictions au profit du patriotisme de "l'Union Sacrée".
Suivant le chemin tracé par Romain Rolland ("Une voix dans la mêlée"), elle développe sa pensée dans des tableaux polémistes où "la femme est le refuge de la paix".



.../...  La mise à mort de douze millions d’hommes - les plus jeunes, les plus vaillants, les plus sains - ; la mutilation de millions d’autres ; la destruction de richesses
immenses qui auraient pu, sagement employées, sauver de la misère et du mauvais hasard toute la population de l’Europe et du Nouveau Monde ; l’effroyable désordre matériel et moral qui s’ensuivit ; tout cela qui fut la guerre dans sa réalité, eût été
impossible si le bon sens n’avait dû se taire, étouffé.
Quand le sang coule, la sagesse est proscrite, la compassion interdite et la justice reniée.
Seuls retentissent - étouffant les râles et les sanglots - les tonnerres des grands mots qui sont de grands mensonges et qui déchaînent la grande peur et la grande démence, sans quoi, à notre époque, la massive extermination des êtres et des choses ne se pourrait concevoir.
Les peuples en proie à la peur se laissent aisément dominer par les fous qui ne calculent pas les conséquences de leurs actes, et les cyniques qui les calculent
trop.
Ainsi les fous et les cyniques poussent-ils jusqu’à l’extrême l’exaltation des obscures passions créatrices de panique afin de régner, de profiter et d’obtenir le
sacrifice des foules dont ils ont escroqué la raison...

 


1916 : Marcelle Capy commente la censure

Note dactylographiée (et signée par Marcelle CAPY)
trouvée en janvier 2017 dans un exemplaire de l'édition de 1916